Homélie du Ve dimanche Ordinaire 7 février 2016. Is 6,1-2a ,3-6/ Ps 137/1Co15,1-11/ Lc 5,1-11.

Au bout de la persévérance Quelle abondance. Dieu nous invite à l’espérance. Frères et sœurs bien aimés de Dieu Nous méditons aujourd’hui, la belle et merveilleuse page d’évangile bien connue appelée souvent la pêche miraculeuse. Plus que partout ailleurs, cette page doit réveiller des souvenirs en vous, peuples du bord de mer, peuples de marins et de pêcheurs. Quel pêcheur en effet ne rêverait d’une telle prise de fruits de mer plein les filets ? L’irrésistible sensation de joie mêlée de fierté mais aussi la peur de tout perdre quant les filets sont à la limite de leur capacité de contenance et de résistance. Tout part d’une rencontre de Jésus avec Pierre et ses associés Jacques et Jean dont Jésus va faire chavirer, non pas leurs barques, mais leurs coeurs au point que « laissant tout ils le suivirent » (v.11) Et pourtant au cœur de cette rencontre il y a l’échec, le ratage,la lassitude,le sentiment de désespoir que trahissent les propos de Pierre : » Maître nous avons passé toute la nuit sans rien prendre. » répond Pierre à Jésus qui lui demande de lancer les filets. Mais il ajoute , « sur ta parole,je vais jeter les filets »Il aurait pu dire à Jésus cela ne donnera rien. Nous ne les avons pas pris la nuit comment serait-ce possible le jour. Et puis n’oublions pas c’est un professionnel Pierre. IL connaît son métier. Comment un terrien qui n’a aucune formation de marin,un fils de charpentier peut il dire laissez les filets. Si c’était vous ? Votre fierté le souffrirait-elle ? Et pourtant, Pierre déclare : » sur ta parole »La parole du Seigneur. Il agit. Et alors : Au bout de la persévérance Quelle abondance. Dieu nous invite à l’espérance. Et nous ? Avons-nous vraiment et totalement confiance dans la Parole de Notre Grand Dieu et Sauveur Jésus Christ ? Sur l’importance de la parole de Dieu, Saint Paul nous exhorte avec insistance dans la deuxième lecture d’aujourd’hui : « Je vous rappelle,écrit-il,la Bonne nouvelle que je vous ai annoncée. L’Évangile. C’est en lui qu’il faut tenir bon « en ces temps de Doutes Majuscules. C’est par lui que vous serez sauvés sinon c’est pour rien que vous êtes devenus chrétiens. » Elle est tellement importante cette parole de Dieu que Saint Luc nous relate que c’est pour l’écouter que des foules avides se pressaient autour de Jésus au bord du lac de Génésareth. Dans ces temps de multiples informations qui pousseraient à désespérer de l’avenir et à dire à quoi bon, ou à baisser les bras, Jésus nous invite à aller au large Avance au large Quel que soit ton âge Avance au large Dieu invite au partage Avance au large L’air y est sans alliage Avance au large Tu es prophète de son message Avance au large De Dieu tu es l ‘image ; Avance au large La vie est un pèlerinage Avance au large Dieu est notre cordage. Oui Plus que jamais Jésus nous invite à aller au large des flots d’idées anciennes au large des vagues de doutes qui ne cessent d’échouer contre les dunes de nos manques d’audaces,nos manques d’amour nos manques d’espérance . Et Pourtant,nous le voyons dans le monde et dans l’évangile : Au bout de la persévérance Quelle abondance. Dieu nous invite à l’espérance.

MAIS QUELLE ESPÉRANCE ? Celle d’un monde nouveau, d’une terre nouvelle sous une ciel nouveau ? Ne le voyez-vous donc pas ? L’ancien monde est en train de craqueler de toutes ses articulations et dans toutes ces jointures. C’est pour ce monde nouveau que Dieu ne cesse de solliciter des hommes et des femmes de bonne volonté. Comme autrefois au prophète Isaïe,jeune noble de vingt ans, (en 736 av. JC )ou encore à Paul le rabbin juif, Dieu dit : « Qui vais-je envoyer ? Nul n’est envoyé,s’il n’a d’abord été appelé. Nul n’est appelé,s’il n’a d’abord répondu ; nul ne répond s’il n’a entendu. Nul n’entend s’il ne prête une oreille attentive. Mais n’ont-ils pas entendu ? « Écoute Israêl » (Dt 6,4) dit la prière biblique. Aujourd’hui écoutez ce que dit sa parole ? Qui sera notre messager, Qui dira à ceux dont le cœur défaille courage n’ayez pas peur. Qui dira aux parents qui empêchent le baptême de leurs enfants ? Écoutez ce que dit Jésus : laissez venir à moi les enfants le royaume est à ceux qui leur ressemblent . Qui sera notre messager pour annoncer et vivre auprès des cœurs attristés par la souffrance du deuil : « Christ a souffert Christ est mort Christ est vivant pour que vivent en lui ceux qui nous ont quittés. Qui sera notre messager pour que grandisse dans la paroisse saint thomas de la Touques joie et foi amour et pardon en cette année du jubilé de la Miséricorde divine ? Qui vais-je envoyer se demande le Dieu trois fois saint. Isaïe avait répondu : « Me voici : envoie- moi. » Et vous qui avez reçu son Esprit Saint au baptême,que répondez-vous ?

Père Jean-Parfait CAKPO

Retour à l'accueil