Homélie du 3 Avril 2016 : Dimanche de la Divine Miséricorde. Actes 5,1216/ Ap 1,9-11-13.17-19/ Jean 20,19-31

Dans sa grande miséricorde Jésus nous ouvre son cœur. Lumière, joie et bonheur. Que de grâces, il accorde !

Fils et filles bien aimés de Dieu. Laissez-moi vous redire et vous souhaiter bien affectueusement mais aussi très respectueusement de joyeuses fêtes de Pâques.

Mais plus particulièrement en ce dimanche qu’on pourrait bien considérer comme le sommet du jubilé voulu par le Pape François. Jubilé de la Divine Miséricorde. Double fête pour toute l’Église. Dans notre paroisse, nous avons l’honneur et le bonheur d’accueillir cette grande et belle icône de la Divine Miséricorde.

Mais d’où vient cette fête ?

D’abord, n’allez surtout pas croire que la Divine Miséricorde ne serait qu’une petite dévotion, organisée par quelques dévots en mal de piété nouvelle de spiritualité de seconde zone. Loin s’en faut ! Il y a dans la Sainte Bible plus de 298 occurrences ou citations de la miséricorde. Plus de 350 références lorsqu’on ajoute les autres traductions synonymes. La miséricorde est une réalité de grâce qui Brille et traverse l'immense ciel de la Bible comme un bel arc en ciel, signe de la proximité de Dieu. Le prophète Osée disait : «Mon peuple dit que je l’ai abandonné ? EST-CE QUE ‘UNE FEMME OUBLIE SON ENFANT, CESSE T’ELLE DE CHÉRIR LE FRUIT DE SES ENTRAILLES ? Même s’il s’en trouvait une pour oublier, Moi dit le Seigneur je ne t’oublierais jamais. Vois j’ai gravé ton nom sur les paumes de mes mains. » (Isaïe 49,15.16)

Même en dehors de la Bible des personnalités historiques ont compris cette beauté de la miséricorde. George SAND disait que c’est le plus bel attribut de DIEU. Georges CLEMENCEAU, il affirmait que la Miséricorde est au-dessus de la prière.

La première fête de la Divine Miséricorde pour l’Église a été instituée par Saint Jean-Paul II le 30 Avril de l’an 2000 à l’occasion de la canonisation de Sœur Faustine, l’Apôtre de la Divine Miséricorde. Célébrée le 22 Avril 2001. Depuis lors tous les ans l’Eglise toute entière célèbre cette fête conformément à la demande de Jésus par Sainte Sœur Faustine, le premier dimanche après Pâques.

LA DIVINE MISÉRICORDE QU’EST-CE A DIRE ? La miséricorde c’est l’amour matriciel, sans mesure et sans condition, de Dieu pour toutes ses créatures. « Dieu est amour » 1, Jn 4,7 La miséricorde Divine c’est Sa bonté infinie, c’est sa compassion permanente et agissante, c’est patience envers nous, c’est sa grâce sans cesse renouvelée. La miséricorde divine, c’est le secret du cœur de Dieu révélé à l’humanité : Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils son Unique. Le Fils a tellement aimé le monde qu’il s’est donné et qu’il a le cœur ouvert tout entier tourné vers nous : Cœur doux et humble, cœur lumineux de splendeur, cœur offert pour embrasser et embraser d’amour nos pauvres cœurs. La fête de ce jour nous invite à contempler ce coeur de Jésus qui ne cesse de déverser sur le monde les rayons abondants de ses grâces. Contemplons ce cœur et demandons-lui de rendre nos cœurs joyeux et lumineux ancré dans l’unité. Avez remarqué qu’il est écrit dans la première lecture de ce jour que « tous les croyants d’un même cœur se tenaient sous le portique de Salomon ? » Ac 5,13 Quel beau témoignage ?

ET NOUS ? Essayons-nous au moins d’être et de vivre dans l’unité du même amour, nous qui partageons le même corps du Christ. N’est-il pas encore des cœurs divisés ? Des personnes qui ne se saluent pas dans la même paroisse ? Quelle belle chose de demander à Jésus la grâce de pardonner de tout cœur. C’est du cœur que jaillissent toutes les sources de la vie, comme dit le livre des Proverbes « le cœur joyeux est un bon médicament » 17,22. Un cœur miséricordieux célèbre le visage de Dieu. « Heureux les miséricordieux ils obtiendront miséricorde.» (Mt 5,7) C’est bien ce que proclamait Jésus dans sa première homélie : les béatitudes. Cette miséricorde il va en déployer un aspect dans l’évangile de ce jour par sa patience envers Thomas. Il ne réagit pas aux propos de Thomas qui s’est trouvé seul contre onze à contester le témoignage des autres. Il est difficile de croire tout seul. Voilà pourquoi c’est huit jours plus tard quand tous étaient réunis que Jésus revient. Et pourtant ils étaient verrouillés : A chacun son verrou intérieur son lieu et son lien d’enfermement.

Avec le verrou de la peur,

le verrou de l’égoïsme,

le verrou de « je n’ose pas »,

le verrou de « à quoi bon ! » ça ne sert à rien,

le verrou de l’incroyance et de l’intolérance,

le verrou du doute comme c’est le cas de Thomas. 4 fois « je ».

Face à tous ces verrous, Jésus nous redit ce qu’il a dit aux Apôtres « Comme le Père m’a envoyé moi aussi je vous envoie. »

Mais pourrions-nous témoigner de Lui si nous sommes tétanisés pas la peur et paralysés par le doute. Voilà pourquoi Jésus dit aux apôtres et à chacun : PAIX À VOUS. Et dans la première lecture de ce matin

Ne crains pas

Vers les autres fais le pas

Ne crains pas Christ est vivant

Dans un cœur fervent

Ne crains pas Christ est vivant

Son amour prend les devants

Ne crains pas Christ est vivant

La foi est un soleil levant Christ est vivant

Son amour est présent

Jusqu’à la fin des temps

Oui vraiment Il nous aime.

Et comme dit la Sainte Vierge : « Si vous saviez comme Il vous aime, vous en pleureriez de Joie".

Père Jean-Parfait CAKPO.

Jésus nous ouvre son coeur. Lumière, joie et bonheur !
Retour à l'accueil