Homélie du XVIème Dimanche du temps Ordinaire C.

Gn 18,1-10/ Ps 14 Col 1,24-28/ Luc 10,38-42.

Dans la Maison de Béthanie

Jésus fait une révélation

À la table de Marthe et Marie

Vous avez une invitation.

Frères et sœurs en Christ Fils et filles bien aimés de Dieu.

Ils sont surprenants les propos de Notre Seigneur Jésus à l’adresse de Marthe la sœur de Marie et Lazare. Ne se montre-t-il pas injuste et dur à l’égard de Marthe qui réclame légitimement,pourrait-on dire, que sa Sœur Marie vienne l’aider ? Une lecture superficielle de cet Évangile pourrait le laisser croire ? Tout part du contexte de la montée de Jésus à Jérusalem. Nous sommes sur la route qui le mènera à la Passion et à la mort. Dimanche dernier,nous étions sur la route de Jéricho à trente Kilomètres de Jérusalem. (Luc 10,25) Jésus nous avait donné à méditer et à imiter la parabole du Bon Samaritain. Aujourd’hui,Saint Luc nous fait contempler Jésus qui fait ait une halte.Il opère une pause. « Il entre dans un village », il est reçu à Béthanie : à trois Kilomètres du centre ville de Jérusalem. Dans cette maison où vivent les deux sœurs Marthe et Marie. Il n’ y a pas lieu d’opposer les deux. Marthe,la plus active est prise par les multiples tâches ménagères. Elle vient dire à Jésus : « Cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissée seule faire le service ? » On aurait pu s’attendre à ce que Jésus invite Marie à participer autant que sa sœur. Dans bien d’autres passages des Évangiles,Jésus lui-même nous exhorte à garder nos lampes allumées et à rester en tenue de service. (Luc 12,35) La réponse qu’il donne à Marthe ne veut nullement dévaluer les multiples tâches ménagères les plus humbles. Jésus se situe à un autre niveau plus profond quand il déclare : « Marthe,Marthe tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses… » Deux verbes sont des clés de lecture et de compréhension de la réponse de JÉSUS : se soucier ; s’agiter. Il s’agit d’accueillir un hôte. Accueillir un ami ce n’est pas se perdre entre soucis et inquiétudes, aigreur et agitations. À maintes reprises dans les Évangiles,Jésus met ses disciples en garde contre la tentation de laisser la végétation sauvage des soucis étouffer la semence de la Parole dans leurs cœurs.(Luc 8,14) Aux Apôtres qu’il envoie en mission,il recommande de ne point se SOUCIER de nourriture et de vêtement. Jésus n’affirme pas à ses auditeurs qu’ils peuvent se libérer de tout souci et de tout travail et vivre au jour le jour parce que des anges ou des puissances célestes s’occuperaient d’eux et feraient tomber du ciel un menu tout fait et tout frais. PAS DU TOUT. Son enseignement va plus profond. Il veut nous sortir de l’agitation excessive et stressante qui ruine nos vies et sape comme une lame de fond notre bonheur et notre goût de vivre « Qui d’entre vous à force de souci peut prolonger sa vie un temps soit peu ou bien augmenter sa taille ? » ( LUC 12,25) Donc ce que Jésus essaye de pointer dans l’attitude de Marthe ce n’est pas son travail de Maîtresse de Maison « Ce qu’une femme fait dans une maison, on ne le sait parfois que quand elle ne le fait pas ». son dévouement Ce n’est pas son dévouement et son accueil chaleureux mais l’énervement qu’elle semble y mettre ,la crispation qui l’envahit et le reproche à sa sœur de n’en point faire autant. Or Dans la Maison de Béthanie Jésus fait une révélation À la table de Marthe et Marie Nous avons une invitation. Quelle invitation ? UNE TRIPLE INVITATION. D’abord l’invitation de Jésus à chacun de savoir nous ralentir, nous poser et nous reposer auprès de la Source vivante et vivifiante de la Parole. Nous passons notre temps à courir,à galoper et à nous affairer. Jésus le dit cette MARTHE qui est cachée en nous. Ensuite l’invitation de Jésus à discerner à distinguer ce qui est utile mais pas important,ce qui est important mais pas indispensable,ce qui est indispensable mais pas utile,utile mais pas inexorable. Enfin Jésus nous invite à l’essentiel : Il le dit à la « Marthe » cachée en chacun de nous et qui s’agite ou s’inquiète. En ces temps difficiles, cherchons l’essentiel. Une seule chose est nécessaire. Vivre unis et solidaire. Une seule chose est nécessaire.Soyez vigilant et visionnaire Une seule chose est nécessaire. Pour la justice et la paix,volontaire. Une seule chose est nécessaire. Boire LA PAROLE SALUTAIRE. Une seule chose est nécessaire. Devenir ses missionnaires. Une seule chose est nécessaire. Combattre la violence tentaculaire. Une seule chose est nécessaire.Aimez-vous mes sœurs, mes frères. Une seule chose est nécessaire. Ecouter Jésus est prioritaire.

Puisqu’une béatitude proclame :Bienheureux ceux qui écoutent la Parole et la mettent en pratique. (Luc 11,27) C’est cela choisir la meilleure part. N’est-ce pas pour un nouveau départ ? Jean Parfait CAKPO

Une triple invitation pour un nouveau départ.
Retour à l'accueil