PAROISSE SAINT THOMAS DE LA TOUQUES

DOUZIÈME ORDINAIRE A

Jr20,10-13 :Ps68/Rm5,12-15/Mt10,26-33

Avoir peur

Ou ne pas avoir peur ?

Frères et sœurs en Christ,

Après les grands moments de solennité liée à la fête pascale,l’Église nous fait méditer l’activité et l’engagement missionnaire que doit recouvrir notre foi. Cette acticité est avant tout dans une vie de prière et de confiance au Seigneur Maître de toutes choses. La prière est le thème de la première lecture de ce jour. Un extrait du prophète Jérémie confronté à la persécution,au rejet et à la calomnie. Il ne cède pas ma il se tourne vers le Seigneur auquel dit remet sa cause .Que la vie du croyant ne soit pas un long fleuve tranquille,Jésus lui même le confirme dans son enseignement aux Apôtres chargés de poursuivre sa mission. Il les rassure pourtant.

Par trois fois, dans ce court passage, Jésus dit aux disciples : « ne craignez pas ! » Mais il ne s’agit pas d’une parole de Jésus pour endormir et laisser croire que tout ira bien. Il leur dit d’ailleurs : « craignez plutôt celui qui peut détruire votre âme  en plus du corps. » Bien souvent Jésus insiste pour que les réalités du monde ne nous fasse pas oublier cet essentiel : Notre âme. Le principe de vie de chacun. La force vitale qui fait mouvoir et exister chacun de nous. L’âme est si importante que Jésus s’était exclamé un jour : « Que sert-il à l’homme de gagner le monde si c’est au prix de son âme ? » Mtt16,26 L’âme c’est le trésor spirituel,c’est l’être intérieur  de chacun. Le lieu de Dieu. Donc l’exhortation de Jésus aux Apôtres voudrait dire ne laisser personne vous arracher votre trésor de vie. Craignez ceux qui –veulent bafouer détruire ce que vous avez de plus précieux,ce qui est sacré en vous.

C’est après cela qu’il leur dit : « ne craignez pas. »

Le contexte de ce discours de Jésus est plutôt une mise en garde,une manière de les préparer à faire face au choc des persécutions, à la violence qui se déversera sur les Apôtres après le départ de leur Maître Jésus. Quelques versets plus haut,dans les le même chapitre, Jésus dévoile le sort terrible qui sera le leur : « Ils vous livreront aux tribunaux,vous flagelleront. » (Pensez à Saint Paul traduit devant le gouverneur Agrippa.) Dans la deuxième aux Corinthiens,il écrit que Cinq fois, il a reçu les quarante coups moins un. Trois fois flagellé. (1Co11,24-27) Étienne,lui sera lapidé. Bref,Jésus annonce des épreuves à venir ; Et pourtant,il leur dit  ce que vous venez d’entendre : « Né craignez pas ». (trois fois)

Ô ! Comme cette parole de Jésus est bonne à croquer, suave à entendre, belle à contempler, délicieuse à manger, douce à ruminer, facile à assimiler. Il faut la laisser imprégner notre cœur pour le libérer de ses peurs. Surtout dans notre monde actuel.

Redis–le nous encore, Seigneur Jésus, dans un monde sophistiqué par ses moyens technologiques et terrorisé par la perte de ses moyens, de ses repères et valeurs, de ses équilibres fondamentaux.

Ne craignez pas .

Celui qui a peur n’avance pas.

Ne craignez pas.

Vous partagez le divin Repas

Ne craignez pas.

Marchez plutôt dans ses pas.

Ne craignez pas.

Quels que soit les faux pas

Ne craignez

La peur est un redoutable appas ;

Ne craignez pas.

L’amour ne passera pas .

Ne craignez pas

MAIS proclamez ce que vous avez entendu. Voilà ce que Jésus nous demande dans l’évangile de ce jour. MAIS PROCLAMEZ QUOI ?

Proclamez que Dieu est à la fois le Très-Haut l’indicible,le Transcendant, l’Éternel, le Mystérieux mais aussi Le plus proche, « l’Immanouel », Dieu avec Nous, Dieu au milieu de nous

Proclamez que Dieu aime toutes ses créatures Les plus impressionnantes aux plus fragile.

Proclamez que sa miséricorde est plus forte que nos péchés. Proclamez qu’il est L’Invisible dont l’Amour est invinsible.

Proclamez qu’on ne le connaît qu’en reconnaissant qu’on ne le connaît pas. Le vent souffle ou il veut. Tu ne sais pas d’ou il vient et jusqu’où il va.

Proclamez que Dieu est débordant d’amour et lent à la colère. Proclamez comme l’écrit saint Paul que la grâce est donnée en Jésus. Proclamez que là où sont les fruits de l’Esprit saint là est divine présence :

« AMOUR, JOIE, PAIX, PATIENCE, BONTÉ, BIENVEILLANCE, FOI, DOUCEUR, MAÎTRISE DE SOI.

Proclamez que les bâtisseurs d’unité, que les chercheurs de vérité, que les amoureux de la justice et du pardon sont ses témoins les plus lumineux.

Proclamez à temps et à contretemps. Que son amour est invincible, Lui, l’Invisible.

Jean Parfait CAKPO

 

Homélie du XIIème dimanche du temps ordinaire.
Retour à l'accueil