PAROISSE SAINT THOMAS DE LA TOUQUES : 

VIème Dimanche de Pâques A : 17 MAI 2020

Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean 14,15-21.

 

Jésus, par sa prière au Père Créateur

Nous obtient l’Esprit Saint un autre Défenseur

C’est à aimer qu’il nous invite instamment.

Ces commandements les garderez-vous vraiment ?

Chers frères et sœurs en Jésus Christ. Bien aimés fils et filles de Dieu dans la foi, l’espérance et la charité. 

 

Je vous salue toutes et tous, en ce premier dimanche après le déconfinement qui permet à certains d’entre vous d’aller progressivement un peu plus loin. Certes il est bon de gagner quelques kilomètres, mais il est encore mieux de les faire avec Notre Divin Maître, Jésus-Christ. Sa Bonne nouvelle nous propose une double dynamique : Dynamique de la Prière et dynamique de l’amour.

D’ailleurs, le premier verset qui ouvre comme une clé l’Évangile que vous venez d’écouter, c’est une parole d’amour qui éclaire la liberté, soutient la responsabilité et maintient l’unité. Jésus déclare à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera mes commandements. »(Jn14, 15)

Jésus dit d’abord : SI…(Liberté donc !) Car nul ne doit obliger à aimer. Mais quand on aime, l’amour, lui, nous oblige. Il nous donne des obligations, il nous recommande d’agir par amour pour la vie. La vie de l’aimé ou l’aimant. Il est alors aisé de comprendre Jésus quand il ajoute dans le même verset 21:« Vous garderez mes commandements. »

Quel commandement ? Jésus répond avec ces mots : « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. » (Jn15, 17) Ô quelle bonne nouvelle !  Surtout en ces temps  difficiles où malgré la pandémie, l’on voit encore ressurgir des discours de haine et de division, d’enfermement sur soi entre pays, entre familles, des actes de violence et d’intolérance, de mépris de l’autre  notre semblable, surtout des faibles. Pourtant nous avons modélisé des algorithmes puissants pour surveiller le mal actuel du Covid.19. S’il est impérieux de surveiller le Mal, n’est-il pas aussi sérieux de veiller sur le Bien ?

Et ce Bien, c’est la civilisation de l’amour, selon la belle expression du Pape Saint Jean Paul II. L’amour de Dieu et l’amour du Prochain qui sont inséparablement liés comme les deux faces d’une même feuille. En effet celui qui n’aime pas son prochain qu’il voit, ne peut pas aimer Dieu qu’il ne voit pas nous enseigne Saint Jean (1Jn 4,20)

Il faut le dire à temps à temps et à contretemps, l’amour véritable est la  langue maternelle de l’humanité que l’on n’enseigne dans aucune université. Sauf dans l’univers et l’université de notre cœur. C’est là que vit l’Esprit d’amour à propos duquel Jésus dit dans cet évangile : « Il demeure auprès de vous, il sera en vous »C’est dans cet Amour que Jésus se tourne vers le Père pour prier. Mais pourquoi ?

Tout simplement parce que, c’est l’amour de la prière et la prière d’amour qui ouvre le cœur de Dieu à l’homme et à la femme et les cœurs des hommes et femmes à Dieu lui-même. Jésus le dit clairement dans cet évangile : « Si vous m’aimez… Moi je prierai le Père. » Ce n’est du chantage. C’est le secret de la vie spirituelle et trinitaire. Comme l’explique, bien Hans Urs von Balthasar .Puisque la prière réalise le dialogue intime avec Dieu. Il est logique que notre cœur parle la langue de  Dieu auquel il s’adresse dans sa prière ; et cette langue, c’est l’amour. « Dieu est amour » (1Jn4, 16) Or, l’amour qui prend patience. (1Co13, 4)Plus que nécessaire en ces temps de mesures barrières à la charnière des mondes. L’amour rend service. Qu’ils soient bénis tous celles et ceux qui sont au service  de la vie de notre pays à tous les niveaux. Ils sont les amis de l’autre Défenseur que Jésus nous promet dans sa prière à Dieu le Père. L’esprit Saint que Saint Jean appelle en grec (Paraklétos). C’est difficile à traduire avec toutes ses nuances. Alors, on a traduit Paraclet. Autrement dit, l’Eprit Saint  est l’avocat défenseur qui nous protège des attaques du Mal. Il est aussi le « Consolateur », le Médiateur, l’ami intime, secret et discret. Il est également  le conseiller. Alors, écoutons-le ! Dans le silence, non plus celui extérieur d’avant le dé confinement mais le silence intérieur du cheminement d’après avec Jésus. Oui !

 

Jésus, par sa prière au Père Créateur

Nous obtient l’Esprit Saint un autre Défenseur

C’est à aimer qu’il nous invite instamment.

Ces commandements les garderez-vous, vraiment ?

 

Père Jean Parfait CAKPO

Homélie du 6ème Dimanche de Pâques (17 mai 2020).
Retour à l'accueil